La prévention routière

Publié le par Alain Maigne

Le décès accidentel d'une personne permet de relativiser nos petits soucis quotidiens  et m'incite à vous livrer, sans aucun parti pris, quelques réflexions sur la sécurité routière et les moyens mis en oeuvre.

Le premier constat que j'établis est la froideur avec laquelle les statistiques relatives aux accidents de la route sont indiquées. Même si le nombre de victimes a diminué jusqu'en 2006, comment peut on se satisfaire que le nombre de victimes soit en dessous d'un chiffre prévisionnel. Une victime reste toujours une victime de trop. 

Je pense que l'état devrait redéfinir les priorités sur 2 axes

1) Prévention et répression

a)Bien qu'ils soient plus rentables de mettre des "machines à sous" sur les autoroutes ou les axes très fréquentés, je pense qu'il serait plus judicieux de placer des gendarmes ou des policiers sur les routes beaucoup moins rentables mais qui sont souvent des terrains de jeu mortels. Le département de la Corrèze a payé un plus lourd tribu en 2007 sur les axes secondaires que sur les autoroutes.

b) La progression du transport routier devrait être maitrisée car il ne passe pas une journée sans que plusieurs camions ne soient pas mis en cause dans un accident. En France le développement du ferroutage a toujours été l'objet de déclarations de volontés politiques sans que cette volonté ne soit traduite dans les faits pour différentes raisons comme l'inadaptation des infrastructures ou l'absence de qualité de service de la société nationale dont la responsabilité incombe à l'état qui n'a jamais voulu donner les moyens financiers

c) En matière d'alcoolémie, le législateur devrait opter pour la tolérance zéro. Ce taux acceptable de 0.50g est très sournois car il est incitatif à boire un verre, puis un autre et ensuite un dernier... qui sera mortel. Si le taux était à zéro, peu de conducteurs prendraient le risque de boire. Le seul problème pour l'état est que le fruit des amendes récoltées serait en régression.  


2) Adaptation des véhicules

d) En matière de vitesse, ne pourrait on pas envisager de brider les véhicules à une certaine puissance... notamment pour les jeunes conducteurs. 

e) Il serait judicieux que les  ingénieurs automobiles créent un système de vigilance dans tous les véhicules pour éviter  tout risque de somnolence au volant..

f) Ne pourrait on pas mettre en place dans les automobiles un système de disque ou mouchard qui obligerait tous les conducteurs à ne pas dépasser les limitations de vitesse, a s'arrêter toutes les 2 heures, ou à ne pas prendre le volant si le conducteur a bu (grâce à un système qui bloquerait le véhicule) 


Jusqu'à ce jour on peut se demander si le législateur n'a pas privilégié la répression par rapport à la prévention. Même si les hoobies de la vitesse (entretenu par les constructueurs automobiles)  ou de l'alcool génèrent des emplois et des profits (comme celui du tabac) il faut savoir prendre les décisions qui s'imposent. L'intérêt financier de l'état et de ses monopoles a toujours prévalu par rapport au côté sanitaire,  médical et humain.

J'ose espèrer que les derniers propos du préfet de la Corrèze soient entendus en haut lieu car il vient d'aborder en autres la recrudescence des accidents sur les axes secondaires et l'innefficacité des radars sur les grands axes.

Commenter cet article

Alain Maigne 20/08/2007 09:52

Tout à fait d'accord avec vous Loîs. Il est vrai que la plupart des accidents ont lieu le week end et notamment à la sortie des boites de nuit. En ces temps difficiles ou l'état n'a plus les moyens de financer le service public, nous pourrions lui proposer de muter par exemple les 2compagnies de C.R.S qui ont chassé il y a peu de temps les étrangers en situation certes irrégulière ... mais pas dangereux   vers la sortie des boites de nuit pour raccompagner chez eux les jeunes et les éduquerafin qu'ils prennet conscience de l'importance de leur vie et de celles des autres

Loïs de Murphy 20/08/2007 07:55

Dans l'ensemble je suis d'accord... Mais tant que la voiture restera la poule aux oeufs d'or de l'Etat j'ai peu d'espoir...Pour les jeunes conducteurs je suis moins d'accord, on sait très bien quelle catégorie est dangereuse, c'est généralement celle qui roule bourrée ou qui concentre toute sa testostérone dans le pied qui appuie sur l'accélérateur :o)