Lettre d'un petit garçon à Nicolas

Publié le par Alain Maigne

Je vous fais part d’une lettre qu’aurait pu envoyer l’enfant que je n’ai pas eu… à notre président de la République

 

 

 

Cher Nicolas,

 

 

Je t’écris une petite bafouille pour te dire que je pars en vacances avec mes parents. Mon papa  n’a pas souhaité informer les médias de l’endroit ou nous allions car nous apprécions trop le calme, la solitude, le chant des petits oiseaux et de l’eau qui caresse les rochers.

 

Comme toi, après ta brillante élection, je vais prendre le bateau.  J’emprunterai un ferry pour m’emmener du continent vers une île. Mon papa paiera une centaine d’euros pour nous permettre de voguer une petite heure vers l’île aux oiseaux … dont aucun ne porte ton nom.  Il me semble me souvenir qu’un de tes amis t’avais prêté un yoat. Tu avais passé un agréable séjour qui ne t’avait pas coûté trop cher. Tu vois, Nicolas, nous avons un peu les mêmes goûts… pour la mer...seulement !

 

Maman m’a dit  que nous serions hébergés dans un V.V.F.  Tu ne sais peut être pas ce que c’est…. mais il s’agit d’un village familial de vacances. A la télé, j’ai vu que toi aussi tu étais parti dans une propriété familiale aux Etats Unis et que la location n’était pas exagérée. Si cela ne te dérange pas, pourras tu donner les coordonnées du propriétaire à mon papa car chaque année nous payons un loyer.  Mes parents ne se plaignent pas mais si nous trouvions moins cher, nous pourrions rester quelques jours de plus.

 

Au VVF, il paraît qu’il y a des soirées barbecue mais  mon papa n’apprécie pas ce genre de festivités car il est un peu timide.  Contrairement à toi qui aime bien rencontrer des personnes qui font le même métier que toi  (comme Monsieur Bush), il ne souhaite pas trop évoquer son travail pendant ses vacances : il dit qu’il veut faire une coupure.  D’autres personnes qui ont des responsabilités bien plus importantes que papa disent qu’ils font un break. C’est marrant, on n’emploie pas toujours les mêmes termes pour dire les mêmes choses.

 

Quelque fois en vacances, je rencontre des copains et des copines et cela permet à nos parents de lier connaissance. L’année dernière nous avions été invités à boire l’apéritif chez nos voisins.  Maman était un peu fatiguée car elle avait une angine blanche que lui avait filée papa mais elle a quand même accepté l’invitation……par courtoisie. Et puis maman, ce n’est pas une menteuse, quand elle est malade, elle n’arpente pas les rues des boutiquiers. 

 

Je voulais te dire que ma maman est la femme d’un ancien président…. d’association, aujourd’hui trésorier. Papa lui fait pleinement confiance car il sait qu’elle ne fera pas chauffer la carte bleue …de son club. Elle n’est pas aussi connue que Cécilia mais  malgré cela, je l’aime bien ma maman car elle est discrète et  toujours au service des personnes… je crois qu’elle fait partie de la fonction publique… . tu sais bien, Nicolas…  ces personnes qui coûtent si chères à l’état et que tu ne voudras pas remplacer quand elles partiront à la retraite. Je suis un petit garçon et je ne comprends pas toujours certaines choses : mon papa me dit que c’est normal car la politique est souvent incompréhensible et que nous  la subissons.

 

Avant d’en terminer, je voulais te dire une dernière chose. Même si mes parents ne roulent pas sur l’or, je reconnais que ma famille est un peu privilégiée de pouvoir s’octroyer quelques jours de vacances.  Tout le monde n’a pas cette chance et cela est bien dommage. J’aime bien étudier l’histoire, notamment le moyen âge. En ces temps là, les chevaliers utilisaient des boucliers pour se défendre. Je ne sais pas si tu es un vrai chevalier puisque tu as octroyé un bouclier aux plus nantis mais j’aimerai bien...aussi... que tu en donnes un aux personnes les plus démunies, à celles qui ne peuvent pas se payer de vacances et surtout à celles qui ne peuvent pas se loger, se nourrir, se vêtir, se chauffer. Tu pourrais l’appeler un bouclier « de la dignité humaine ».

 

 

Je ne vais pas t’embêter plus longtemps car je sais que tu as beaucoup de travail… mais si tu le veux bien (car tu aimes bien le peuple), je t’écrirai quelques fois pour te donner de mes nouvelles et de celle de ma famille. Durant les prochains jours, mon papa passera moins de temps à écrire sur internet et s’occupera un peu plus de moi. Tu vois moi aussi, je suis parfois égoïste...

Commenter cet article

Lois de Murphy 09/09/2007 08:36

Bravo Alain, j'adore ce ton et ce style ! J'ai une communauté sur overblog, Biffures Chroniques, et si vous le souhaitez je serais flattée de vous y compter comme membre.

philippe 31/08/2007 16:43

Excellent...!!

Allier-née 31/08/2007 08:45

En passant chez Crabillou , je viens de découvrir votre blog.Bravo pour cette lettre à Nicolas.Je reviendrai vous lire.A bientôt.