Sarkozy : des propos qui ne tiennent pas la route !

Publié le par Alain Maigne

Lors de sa conférence du 24 avril Monsieur Sarkozy a tenu des propos incohérents.

 

1) Il prône la défiscalisation des heures supplémentaires… mais sait qu’il y a belle lurette que les heures supplémentaires ne sont plus pratiquement plus payées par la plupart des trusts financiers. 

 

2) Il dit que la France ne travaille pas assez. Je l’invite à venir dans le bassin de Brive la Gaillarde. Il verra que 170 emplois sont menacés chez l’équipementier automobile Rencast. A cela s’ajoute la restructuration de Photonis qui va encore engendrer de la casse… non pas que la société n’est pas rentable mais pour augmenter ses profits en délocalisant. Est ce les français qui ne travaillent pas assez ou est ce les groupes financiers qui vident la France du tissu industriel (attention à la méprise) ?

 

3) A demi mot, il nous fait croire que les caisses de l’état sont vides (entre parenthèse nous entendons toujours ce même discours post présidentiel : Giscard en 1974, Mitterrand en 1981 et Chirac en 1995… pour serrer la vis). Si tel est le cas, (il ne s’agit que d’un détail) pour quelles raisons l’Elysée ne remet il pas en question le « paquet fiscal » qui  correspond pratiquement au déficit de la sécurité sociale (l’excuse est trop facile en invoquant la mauvaise communication qui a suivi la mise en place de ce « privilège »)

 

4) Il a annoncé « un salarié au chômage sera à l’avenir obligé d’accepter un emploi représentant 95 % de son salaire au bout de 3 mois de chômage ». Pourquoi 95 % et pas 100 %  ( a t il oublié que l’état lui a octroyé une augmentation de 200% de son traitement annuel). On peut craindre que l’ajusteur licencié qui va refuser un emploi de secrétaire médical va être radié au bout des 3 mois(1). Il s’agit d’une excellente initiative… pour faire baisser les chiffres du chômage.

 

Comment ose t  il dire qu’il regrette que la situation des français ne se soit pas améliorée autant qu’il le souhaitait. C’est un euphémisme car il doit savoir qu’en moins de 12 mois la situation des ménages français d’est dégradée.

 

S’il était  proche des français (enfin des petits… ), soucieux de leur pouvoir d’achat il aurait pu  prendre ces 2 décisions immédiatement :

Ø      rétablir la T .I.P.P. flottante

Ø      imposer aux compagnies pétrolières qu’elle n’augmente le prix des carburants qu’à l’issue de leur période de stockage. Le litre de carburant que nous mettons aujourd’hui dans le réservoir est celui qui a été stocké dans les barils il y a 3 mois quand  il ne valait que 100 $. 

 

De plus certains petits matheux comme moi aimeraient bien comprendre pour quelle raison :

Ø      la diminution de la valeur du dollar par rapport à l’euro n’a pas d’impact  sur le prix fuel ou de l’essence

Ø      le prix du gaz est indexé sur celui du pétrole (aberrant quand on sait que le prix du gaz ne flambe comme celui du pétrole)

 

Monsieur Sarkozy est coupé de la réalité et des préoccupations des français. Il s’enferme dans sa bulle. Son discours ne tient pas la route. Espérons… pour lui…que la  Vel Satis (2) que l’Elysée vient de commander… la tienne mieux !!!

 

 

(1) officialisé par le dernier discours du "big boss" le 5 mai.

 

 

(2) Il s’agit d’un véhicule blindé allongé de plusieurs centimètres dont la finition intérieure a été confiée à des spécialistes qui travaillent sur des jets. Cette Vel Satis remplace la Peugeot 607 Paladine qui avait véhiculé le chef de l’état le 16 mai sur les Champs Elysée. La Peugeot utilisée qu’une seule fois par Monsieur Sarkozy est aujourd’hui remisée au parking de la république car démodée.

    

 

Commenter cet article

Papa de Lili 05/06/2008 22:22

Alain, il y a sur mon blog un petit texte qui devrai vous amuser!Amitiés.

Alain Maigne 03/06/2008 21:51

Chère BBK. Je suis très flatté par l'avis de recherche. Comme le disait la mistinguette (euh.. non... le Corrézien), ...c'est vrai que je suis militant, c'est vrai, c'est vrai......c'est vrai que je suis anti Nabotléon, c'est vrai c'est vrai.....on dit que j'ai le verbe vif et la plume acérée...c'est vrai, c'est vrai  mais dans le fond je suis un grand sentimental, un écorché vif !!!... on dit que je ne suis pas armé    c'est vrai c'est vrai... mais au fond... j'aimerai bien avoir les "yeux revolvers" quand je lorgne Sarko... on dit que je suis intelligent... pas vrai, pas vrai... Si tel était le cas il y a longtemps que j'aurai fui ce monde ignoble mais je n'en ai pas le courage.Je reconnais que j'ai un peu délaissé mes fidèles lecteurs (le papa de Lili et BBKmel) mais je crains que mes propos lassent ....  car de l'anti Sarko... j'en fais "bouffé" à tout le monde et certains saturent. Je crois bien que notre société est de plus en plus indifférente aux injustices,  aux notions de partage, "aux plumes acérées", aux sentiments humains !!!!. Alors parfois j'ai envie de m'enfuir un peu et de vivre en ermite... mais promis je reviendrai lorsque j'irai un peu mieux et lorsque je serai de nouveau inspiré. Cela ne m'empêchera pas de rendre visite aux blogs de mes ami(e)s.Très amicalement à  mes fans (euh... j'ai les chevilles qui deviennent consistantes).

Papa de Lili 03/06/2008 11:54

Alain, je suis content de vous savoir en forme et, si j'ai bien compris , pret à en découdre! Pour le reste nous savons bien que les choses vont mal. Et plus elles iront mal plus les égoïsmes tireront la couverture à soi. L'exemple, hèlas, vient de haut!Bon courage et au plaisir de vous lire encore!Amitiés.

BBK.mel 02/06/2008 22:32

Alain ? Coucou, Alain ?! Où êtes vous ? (vous, ous ous, résonne l'écho !) Schritch, schritch "Allo, allo, ici BBK. Merci de passer un message urgent : à toutes les unités, recherche Alain Maigne désepérement. Profil : correzien, militant, intelligent, anti-Nabotléon, le verbe vif et la plume acérée. L'homme n'est pas armé mais peut être dangereux pour tous les nabots bling-bling."

Papa de Lili 31/05/2008 11:26

Alain, il y a bien longtemps que je n'ai pas eu le plaisir de vous lire!J'espére qu'il ne vous ait rien arrivé de grave?Alors peut-être à bientôt! Très amicalement.